LA FORCE DE LA PENSÉE


LA FORCE DE LA PENSÉE EST LOIN D’ÊTRE NÉGLIGEABLE !

Vous êtes un cartésien résolu, un rationaliste invétéré, vous ne croyez qu’au «palpable»… vous êtes peut-être enclin à penser que toutes ces histoires tournant autour de la puissance de la pensée ne sont que des fables pour naïfs.

Je vous comprends très bien et j’ai longtemps été comme vous. C’est d’ailleurs le cas de beaucoup de commerciaux.

Toutefois, avec le temps, avec les lectures, avec les témoignages… j’ai commencé, progressivement, à sortir de mon attitude de blocage absolu.

Ne sommes-nous pas tous à la recherche d’une efficacité renforcée ? Pouvons nous nous permettre, dans ces conditions, de passer à coté de certaines idées ou méthodes sans même prendre la peine de les considérer ?

NOUS SOMMES FORTEMENT INFLUENÇABLES

[restrict userlevel= »subscriber »]

D’autant plus que dans l’arsenal des phénomènes qui ont de quoi surprendre, certains sont forts connus, reconnus, et admis de tous. Le plus évident est sans doute l’effet placebo qui démontre à quel point nous sommes influençables.
On divise les patients en 2 groupes, aux premiers on va prescrire un «vrai» médicament, au second, on prescrira un «placebo» c’est à dire des gélules identiques d’aspect mais ne contenant qu’un peu de substance sucrée, totalement inactive. Surprise ! des améliorations conséquentes sont également obtenues chez ceux qui n’ont reçu qu’une substance non active.

Les médicaments placebo ont donc agit parce que les malades «pensaient» qu’ils avaient un effet curatif. Le pouvoir de la pensée peut donc guérir.

Si un ami nous dit de faire attention en rentrant car, le soir, il y a souvent des serpents qui traversent le chemin. Et, justement, quelques minutes après, vous marchez sur quelque chose qui vous fait penser à un serpent… vous sursautez, panique à bord ! Heureusement, ce n’était qu’un bout de corde. Votre hyper réaction a donc été due au fait que vous «pensiez» que c’était un serpent. C’est votre imagination qui a tout déclenché.

On peut également penser à l’habileté des metteurs en scène des Thrillers ainsi que des films d’Horreur. Il fait une nuit noire, une personne isolée se trouve dans une maison lugubre, soudain, panne d’électricité… on entend une chouette hululer, une porte grincer, le vent fait s’ouvrir une fenêtre… et voila votre pensée gouvernée par votre imagination !

Autre exemple : mettez au sol une planche de 10 cm de large et 3 m de long. Vous n’aurez aucune difficulté à la parcourir (sans déborder). Maintenant, placez cette planche à 10 m du sol (entre deux bâtiments, par exemple). «Pourquoi n’êtes vous plus capable de vous y aventurer avec la même aisance ? La planche mesure toujours 10 cm de large et 3 m de long, mais votre imagination, plus forte que la raison, vous fait penser que vous pourriez faire un faux pas et chuter». Nous devons cette intéressante remarque au célèbre Émile Coué (sur lequel nous reviendrons).

Et je terminerai cette série des exemples par une expérience (relatée, notamment, par Zig Ziglar), organisée par le Docteur Robert Rosenthal qui s’est déroulée à l’Université de Harvard. Les participants à cette expérience étaient constitués de 3 groupes d’étudiants… et 3 groupes de rats. Le message délivré à chaque groupe d’étudiants à qui on remettait leurs «lot» de rats fut différent. Message lors de la remise du premier lot de rats : «Vous avez de la chance, vous allez travaillez avec des rats géniaux». Le 2ème lots de rats fut accompagné du message suivant : «Vous allez travailler avec des rats moyens. Ils ne sont ni très dégourdis, ni très stupides». Le 3ème groupe d’étudiants reçurent leur lot de rats avec l’appréciation suivante : «Ces rats sont vraiment de pauvres bêtes. S’ils trouvent l’extrémité du labyrinthe, ce sera par accident…»

Les étudiants menèrent leurs expérience pendant pas moins de 6 semaines. Les rats «de génie» furent, de loin, les plus rapides à atteindre l’extrémité du labyrinthe. Les rats moyens furent plus lents. Quant aux rats idiots, ils furent les plus lents et ne parvinrent qu’exceptionnellement à atteindre le bout du labyrinthe.

Or, sans doute l’avez vous déjà deviné, tous les rats étaient «ordinaires», provenant du même élevage !
La seule différence résidait dans l’attitude des étudiants… qui avaient été influencés par les messages accompagnant la remise de leur lot de rats.

MAIS POUVONS-NOUS NOUS INFLUENCER NOUS-MÊMES ?

C’est vrai que cela peut paraitre surprenant… mais c’est très possible !

Un exemple : le Réveil Programmé. Vous avez, le lendemain, un examen important, un entretien déterminant ou un départ d’avion, par exemple, qui exigent que vous vous leviez bien plus tôt que d’habitude. Le soir, vous réglez votre réveil sur 5 heures, et avant de vous endormir, vous vous dites «je dois me réveiller a 5 heures»… et, le plus souvent, vous vous réveillez juste avant la sonnerie du réveil.
Comme nous le dit René SIDELSKY : «Si l’inconscient vous a réveillé à temps, c’est grâce au pouvoir de votre pensée émise dans ce sens juste avant que vous vous soyez confié au sommeil».

Dès à présent, on soulignera que cela fonctionne d’autant mieux que vous êtes dans un état de «demie veille», de conscience apaisée. Pour simplifier, on dira que le cerveau ne travaille pas au même rythme quand vous êtes éveillé, ou encore, sur le point de vous endormir et, pour finir, quand vous êtes totalement endormi. Les «Ondes Alpha» émises par le cerveau en phase de pré-endormissement (ou de relaxation) sont privilégiées car c’est l’état le plus propice pour s’influencer soit même, ou, autrement dit, pour s’autosuggestionner.

Vous avez évidemment entendu parler de l’ Autosuggestion. Il s’agit de s’imprégner mentalement de ce que nous voulons obtenir. La répétition (Renforcée par l’écriture ou la visualisation) est le moyen le plus simple d’ensemencer votre mental.

Mais restons lucide ! Ce n’est pas une science exacte. Par exemple, on a vu, récemment, certaines personnalités répéter inlassablement «Les Courbes du chômage vont s’inverser avant la fin de l’année» sans que ceci n’ait eu le moindre effet !

Il est facile de railler la «Méthode COUÉ»… mais cela ne saurait suffire à masquer ses importants bienfaits. Les Américains ne s’y étaient d’ailleurs pas trompés en réservant au petit pharmacien de Nancy un accueil fantastique, digne de ceux réservés aux Présidents et autres têtes couronnées, pendant ses 2 tournée triomphales aux USA.

Les idées force que nous allons développer doivent beaucoup aux Auteurs suivants : Émile COUÉ, Paul-Clément JAGOT, René SIDELSKY, José Silva et Anthony Robins.
Nous vous conseillons, bien entendu la lecture de leurs ouvrages dont vous trouverez les Références en fin du présent article.

Émile COUÉ

Dans le cadre d’une «immersion progressive», destinée à ne «brusquer» personne sur le chemin de ces découvertes, je vais commencer par vous dire quelques mots d’Émile COUÉ et de ses méthodes.

J’avoue avoir toujours eu un petit faible pour Émile COUÉ. Cet homme à la barbe et à la chevelure grisonnante respirait la bonté. Son mobile était tout sauf financier, son objectif unique était de faire le bien autour de lui. C’est en 1921 qu’il publie la première édition de son livre «La Maitrise de soi-même par l’autosuggestion consciente». Son petit livre va connaitre un vif succès et sera traduit en plus de 20 langues.

Il écrit, notamment «Nous qui sommes si fiers de notre volonté, nous qui croyons faire librement ce que nous faisons, nous ne sommes en réalité que de pauvres fantoches dont notre imagination tient les fils. Nous ne cessons d’être ces fantoches que lorsque nous avons appris à la guider».

«L’imagination est toujours plus forte que la raison».

»Chaque pensé est une réserve de puissance, un germe d’action qui a pouvoir de réalisation ».

Le professeur BERNHEIM de l’Université de Nancy disait, quant à lui : « Toute idée acceptée par la cerveau est suggestion… quelle que soit l’origine de cette idée, elle constitue une suggestion… La suggestion est dans tout. La suggestibilité est l’aptitude du cerveau à recevoir une idée et à la transformer en acte ».

Mais les médecins sont jaloux (Coué n’étant que « simple » pharmacien et non médecin). Un collaborateur de Charcot (de la Salpêtrière) affirmera que l’autosuggestion est connue par les médecins depuis fort longtemps et que donc Coué n’apporte rien de très nouveau… Ajoutons que Émile COUÉ ne s’est jamais fait payer un seul centime pour les séances qu’il organisait. Cette concurrence « déloyale », on l’imagine, n’était pas – non plus – de nature à le rendre sympathique au yeux du corps médical.

Compte tenu de ce qui précède, Coué reçoit un accueil encore plus favorable à l’étranger qu’en France. Coué avait déjà soigné avec succès le roi Albert 1er de Belgique, il entreprend une tournée triomphale en Angleterre… ce qui ne manque pas d’attirer l’attention des Américains qui demandent la venue du « Maitre ». Coué arrivera à New York à bord du « Majestic », le 4 Janvier 1923. Une quarantaine de Journaliste forcent sa cabine… la Comtesse Capponi, admiratrice de Coué, à la gentillesse de mettre sa suite à sa disposition pour cette conférence de presse improvisée.

Le premier journaliste commence sa question en l’appelant « Docteur Coué », la réponse d’Émile Coué est catégorique : « Ne m’appelez pas Docteur, je suis Monsieur Coué… »

Une deuxième tournée aux USA, en 1924, sera effectuée avec autant de succès que la première. On notera que le célèbre industriel américain Henry Ford devint un des plus fidèles « disciple » de Coué.

L’apôtre de l’autosuggestion décèdera le 2 Juillet 1926. Ce jour-là, la presse Anglaise, Américaine et Helvétique, notamment, devait lui rendre un vibrant hommage.

Quant à la méthode qu’il enseignait… sa formule définitive fut finalement mise au point en Juin 1913. Elle tenait en seulement 14 mots que des millions de personnes répètent dans le monde entier :

«Tous les jours, à tous point de vue, je vais de mieux en mieux ».

Le conseil de Coué : « Tous les matins au réveil, et tous les soirs, aussitôt au lit… répétez vingt fois : « Tous les jours… »

Traduction Anglaise : « Everyday, in every way, I am getting better and better »

Napoleon HILL, en 1960, dans son ouvrage « Success Through a Positive Mental Attitude » ( PMA) devait traduire la formule de Coué dans un sens qui devrait vous séduire :

»Day by Day, in every way, I’m getting richer and richer ».

« De plus, poursuit Coué, chaque fois que vous ressentez une souffrance physique ou morale, affirmez vous immédiatement… que vous allez la faire disparaître… fermez les yeux et répétez extrêmement vite : « Ça passe, ça passe etc » aussi longtemps que cela est nécessaire ».

Je sais, tout ceci doit vous paraitre tellement simple que vous seriez étonné que ce soit efficace ! et pourtant…

En tout cas, peu à peu, dans le cadre de cette immersion progressive on va aller vers du moins simple.

Écoutons ZIG ZIGLAR, Grand Vendeur aux USA ainsi que Penseur et « Motivateur » :

Il est l’auteur d’une quinzaine d’ouvrage dont : « Les Secrets pour conclure la Vente ». C’est donc « l’un des nôtres », en quelque sorte, ce qui nous incite à mieux l’écouter.
Or, justement, il a écrit a un ouvrage à succès de 370 pages : « Rendez-vous au sommet » qui est truffé de bons conseils dont certains portent sur le positivisme et la préparation mentale. Ne souriez pas, ce sont des conseils précieux. Écoutons ses conseils sur la meilleure façon de « lancer » une journée :

Le matin, « Levez-vous enthousiaste ! Ne dites surtout pas : Oh non ! Pas déjà l’heure de se lever ! » mais dites, au contraire : « Voila une belle journée pour sortir et profiter des avantages que le monde m’offre ». Et n’hésitez pas a frapper des mains en le disant !
« Je me rends compte que vous trouverez cela quelque peu enfantin… mais, je vous supplie d’essayer honnêtement… parce que vous en avez besoin ».

« Et aussi, même si vous chantez comme une casserole, je vous demande également de chanter sous la douche ».

Quand vous ouvrirez les volets, qu’il pleuve, qu’il vente ou qu’il fasse beau, dites : « Aujourd’hui est une belle journée ».

Écoutons maintenant les conseils de l’un de nos plus fidèles contributeurs, Monsieur Dominique DUTILLEUL, dont chacun sait les hautes fonctions qu’il occupe dans l’encadrement commercial aux MMA.

A l’heure de la grisaille, des humeurs moroses, d’un environnement économique chahuté et difficile, quand les français se positionnent loin dans les classements de ceux qui se disent heureux, il faut vite faire appel aux points positifs : ils sont plus nombreux que l’on croit, et donnent de la couleur et du panache à notre vie.
Rire, sourire, c’est bon pour la santé, c’est bon pour la réussite, c’est bon pour faire face aux difficultés plus ou moins importantes de la vie, qui ne manquent pas c’est certain mais que l’on peut appréhender de meilleure façon.
Ecouter, rencontrer, échanger, en un mot avancer ! les bons moments sont nombreux, encore faut-il bien les identifier.

Il n’y a pas de recette, chacun fait à sa façon, en fonction de son tempérament, de ses envies, oui c’est bien cela, il faut avoir envie !

Voici quelques petits exercices pour s’ancrer dans la réussite et le positif :

Un trio de bonheur(s) :

Posez-vous un instant le soir avant de vous coucher. Quels sont les trois moments heureux de votre journée ? attention ils étaient peut-être courts, petits, difficiles à garder en mémoire, alors concentration !
La journée était noire ? il y a obligatoirement eu 3 moments de bonheur(s), une rencontre, un sourire, un appel, un RV qui s’est bien passé. Pensez fort à ces trois moments, remettez les en images, notez les dans un carnet, et endormez-vous avec ces pensées. A faire chaque soir le temps que cela devienne une habitude. Cela permet d’habituer le cerveau à regarder ce qui va bien mais aussi de voir qu’en fait, on a chacun de nombreux moments de réussite mais que l’on ne sait pas toujours les voir.

L’ancrage :

Pensez à un moment fort, une réussite, voyage, rencontre, RV professionnel, qui est pour vous une vraie réussite et grand moment heureux. Comme précédemment pensez-y de telle sorte que l’image soit la plus claire possible. A chaque difficulté rencontrée, avant chaque RV difficile, repensez à cette image de réussite et de gagne, revivez la scène, cela ne peut que vous donner plus de confiance.

Respirez :

L’exercice est simple en soi puisqu’on le fait de façon automatique. Et bien là, posez-vous dans un endroit tranquille avant un RV compliqué ou stressant ou un moment difficile et respirez profondément en posant les mains sur le ventre et en vous concentrant sur l’inspire et l’expire. C’est bon pour rendre l’esprit plus calme et plus clair, cela renforce la confiance en soi et libère des tensions que l’on peut connaître dans pareils cas.

Souriez :

C’est une marque de confiance !
Soyez enthousiastes, car rien n’est plus contagieux que l’enthousiasme !

Écoutons l’un des grands Maitres du YOGA :

Swami SIVANANDA était à la fois médecin et un grand Maitre Yogi. Il a écrit plus de 300 ouvrages. Ou peut relever dans « Le pouvoir de la pensée » quelques passages qui nous intéressent et, notamment :
« Chacun de nous devrait connaître et pratiquer l’autosuggestion dont les bienfaits sont merveilleux. Ce que peut la médecine, cette méthode psychique peut aussi le réaliser en vous libérant des maladies, affermissant votre santé, votre force, votre vitalité. Cette pratique n’a rien de nouveau pour l’Inde. Elle consiste en de puissantes affirmations. La formule est simple : « Tout va de mieux en mieux, chaque jour et de toute manière. » Répétez cela constamment, reposez vous sur cette idée. Ce que vous pensez, vous le devenez. Pensez que vous êtes fort, vous le deviendrez et réciproquement ».

«Vous pouvez construire votre caractère tout comme un maçon bâtit une maison ou un mur ».

Les propos ci-dessus sont rapportés par René Sidelsky (voir Bibliographie en fin d’article).

Qu’en pense le spécialiste Paul-Clément JAGOT ?

Dans son ouvrage « Le Pouvoir de la Volonté » vendu (sans publicité) a plus de 200.000 exemplaires, l’auteur se montre assez exigeant :
« La plus simple manière de s’autosuggestionner – mais la moins agissante, aussi – est la répétition mécanique d’une formule. Lorsqu’on commence le développement de la volonté, leur petite action est précieuse, et le peu d’attention qu’elles demandent les mettent à la portée de tous ».

« Mais, pour s’assurer des résultats profond et rapides, c’est sous forme d’image qu’il convient de procéder… Donc, ne pas se répéter, verbalement, par exemple : « J’ai de la volonté » ou « J’ai de la mémoire », mais s’efforcer de vivre, par la pensée, différentes circonstances ou nous manifestons concrètement de la volonté ou de la mémoire ».

Paul-Clément JAGOT a quand même un mot d’encouragement pour les « débutants » : « A propos d’autosuggestion, nous tenons à répéter que le plus petit effort laisse, dans l’esprit, une trace durable. Rien ne se perd dans le domaine psychique, et l’essai chancelant d’aujourd’hui prépare l’énergique et victorieuse réaction de demain.

L’apport de Napoleon HILL

Il ne suffit pas de réciter une formule. Il faut également ressentir ce qu’on dit. « Votre subconscient ne peut agir que s’il est animé par des pensées empreintes d’émotion ».

Si votre désir est de gagner de l’argent, écrivez votre formule et appliquez vous a visualiser la somme que vous désirez acquérir. « Je crois fermement que j’aurai cet argent. Ma conviction est si forte que je peux déjà le voir devant moi. Je peux le toucher, il attend que je le prenne… »

Le « Silva Mind Control » avec José Silva

C’est dans les années 50, aux USA, que José Silva développe sa méthode. Elle est aujourd’hui enseignée dans des dizaines de pays.

La seule personne dont José Silva reconnaisse l’influence est : Émile COUÉ !
Il y a quelque chose d’autre qui le rend particulièrement sympathique à nos yeux, c’est le fait qu’il ait pensé à appliquer ses techniques à nous les commerciaux, comme vous pourrez le découvrir dans l’un de ses ouvrage : « Le Pouvoir de Vendre ».

Par ailleurs, l’un des grands mérites de José Silva est d’avoir réalisé une synthèse entre plusieurs écoles de pensée.

Sa méthode pédagogique pour évoquer les différences entre nos deux hémisphères cérébraux consiste à leur donner des noms familiers : Wilfred pour l’hémisphère gauche et Willie pour le droit.
Wilfred, c’est la logique, le raisonnement. Il doit « tout comprendre et détenir une raison pour tout ».
Willie, c’est l’imagination, la créativité et l’intuition. Il apprécie l’art et la musique.

« Pour atteindre votre plein potentiel, vous devez utiliser les deux hémisphères de votre cerveau »… »faire travailler (Wilfred et Willie) de concert, comme des partenaires. Vous avez besoin de la logique et de la capacité de raisonner de Wilfred, mais vous avez aussi besoin de la créativité et de l’intuition de Willie ».

«C’est le travail de Wilfred de nous protéger en filtrant tout pour nous ». Mais il faudra apprendre à « contourner Wilfred pour accéder directement à Willie ».

Comment faire ? Il vous suffit de passer au niveau Alpha ! Pour savoir de quoi il s’agit, redonnons la parole José Silva :

« Qu’entend-on par fréquence cérébrale alpha ? Votre cerveau produit une petite quantité d’électricité qui bat plusieurs fois par seconde. Pendant le jour, lorsque vous fonctionnez au niveau de la pensée consciente, votre cerveau a des pulsations environ 20 fois par seconde. Lorsque vous vous endormez, votre fréquence ralentit à un battement par seconde ou moins.
Alpha se situe au centre, soit environ 10 cycles par seconde. »

On comprend pourquoi Émile Coué recommandait de répéter sa formule au moment de l’endormissement. On rappelle que le décès de Coué eu lieu en 1926 alors que l’électroencéphalographe ne fut découvert qu’en 1929.

Peut-on accéder au niveau alpha, en dehors de la période d’endormissement ? Oui, au prix d’exercices de relaxation. José Silva conseille de vous enfoncer dans un fauteuil confortable, de respirer profondément, de compter à rebours de 50 à 1, rêvez a un endroit paisible que vous aimez, dites vous mentalement la formule de Coué…

Les techniques de visualisations que nous enseigne José Silva sont véritablement précieuses. Elles sont destinées, comme il le précise, à vous aider à faire plus de ventes. Cela passe par un « Écran Mental ».
Dans le développement qui précède, vous aurez remarqué qu’aussi bien Dominique DUTILLEUL que le spécialiste Paul-Clément JAGOT ont déjà insisté sur l’importance des images.

Choisissez ce que vous ressentez le mieux entre un écran de cinéma, un écran de télévision ou un écran d’ordinateur.

« Vous pouvez utiliser votre écran mental pour transférer tout ce que vous désirez, de la dimension physique à la dimension mentale ». Imaginons, par exemple, un client qui s’accroche obstinément à un vieux préjugé ou à une fausse croyance et qui, de ce fait, refuse d’acheter votre produit ou service.

« D’abord, passez au niveau alpha et projetez sur votre écran mental une image de la chose ou de la personne, ou de la scène qui pose problème. Attention ! rentrez bien dans les détails du problème.
Après avoir bien étudié le problème ou la situation existante, effacez l’image du problème. Effacez-la, imaginez qu’elle se dissout, changez de chaine, supprimez l’image de votre écran, faites tout ce que vous voulez pour vous débarrasser de l’image du problème. Servez-vous ensuite de votre imagination pour créer l’image de la solution que vous désirez.
Dans l’exemple ci-dessus, vous pouvez vous imaginer en train de parler au client, de lui expliquer des choses afin qu’il voie la situation d’un nouvel œil… et qu’il comprenne comment vous voulez l’aider. »

A rapprocher des conseils du célèbre Anthony ROBBINS : « Commencez par former une grande image lumineuse du comportement que vous désirez modifier. Puis, dans l’angle inférieur droit de l’image, inscrivez une petite image sombre du comportement que vous recherchez. Concentrez-vous alors sur la petite image et, en moins d’une seconde, agrandissez-là et augmentez-en la luminosité jusqu’à ce qu’elle envahisse littéralement l’image du comportement dont vous ne voulez plus.
L’important, dans cet exercice, c’est la vitesse et la répétition. Vous devez voir et sentir la petite image sombre qui devient immense et qui explose en détruisant la grande image… ».

PEUT-ON INFLUENCER LES AUTRES PAR LA PENSÉE ?

Nous reviendrons sur cet aspect des choses dans un prochain article.
Au cas ou vous souhaiteriez prendre un peu d’avance, vous pouvez valablement lire les ouvrages suivants :

– Christian GODEFROY – « La dynamique Mentale » – Le Jour Éditeur
– Paul Clément JAGOT – « L’influence à distance » – Éditions Dangles

BIBLIOGRAPHIE :

– René CENTASSI et Gilbert GRELLET – « Tous les jours, de mieux en mieux » – Robert LAFFONT

– Anthony ROBBINS – « Pouvoir Illimité » – Robert LAFFONT

– Napoleon HILL –  » Réfléchissez et devenez Riche » – J’AI LU

– José SILVA – « Le Pouvoir de Vendre » – Un Monde Différent

– René SIDELSKY – « Le Pouvoir Créateur de votre Pensée » – Éditions Dangles

– Paul-Clément JAGOT – « Le Pouvoir de la Volonté » – Éditions Dangles

– ZIG ZIGLAR – « Rendez-vous au sommet » – Un Monde Différent
[/restrict]